Mettre en place un accord sur l'intéressement

Philippe vous explique tout :

La CFE CGC constate

  • que l’article 17 des accords de 1996 prévoit de mettre en place un accord  d’intéressement
  • qu’Aucune des organisations syndicales ni les Directions Générales n’ont, durant ces 25 ans qui viennent de s’écouler, proposé de travailler sur le sujet. Seule la CFE CGC l’a proposé.
  • que dans la quasi-totalité des EPIC, Fondations, Institut  (SNCF, RATP, ONF, Office National d’Etudes Aérospatiales, beaucoup d’EPIC Offices de Tourisme etc … ) un accord d’intéressement existe. Il y a que l’AFPA qui n’en a pas.

En conséquence, la CFE CGC  propose d’ouvrir la négociation sur le sujet de l’intéressement

  • en privilégiant dans l’accord la part d’intéressement collectif sir la part l’intéressement individuel dans un rapport 60% 40%,
  • en accordant aux critères de qualité une part plus importante que les critères de productivité dans un rapport 60% 40%,
  • en consacrant une somme globale de 10 M€ sur ce sujet – ce qui ferait une moyenne de 1000 € par salarié et par an.

L’objectif de la CFE CGC est par cet accord

  • de donner des leviers de reconnaissance collective et individuelle à l’ensemble des salariés de l’AFPA
  • de donner une image de modernisme à notre tutelle en calquant notre organisation sur ce qui existe ailleurs depuis de nombreuses années
  • de créer des conditions d’amélioration de notre performance dans une logique gagnant gagnant 1 M€ donné aux salariés équivaut à 2 M€  de chiffre d’affaire en plus
  • de modifier la culture interne de l’entreprise du toujours « plus pour rien » par je m’investis et cela me rapporte

L'intéressement est une mesure qui existe depuis 1959. Il est à différencier de la participation aux bénéfices. La CFE CGC demande à ce qu’il soit lié aux Contrat d’Objectif et de Performance. Dans ce cas, il pourrait être évalué en fonction de l'atteinte d'objectifs, ou de l'amélioration de la productivité.

L’intéressement est construit pour qu’il intéresse les 2 parties, employeurs et salariés car il est exonéré de la taxe sur les salaires et des charges patronales.

La CFE CGC refusera que cet accord soit uniquement construit sur des bases individuelles car nous voulons recréer l’intérêt collectif et la dynamique de groupe sur des objectifs collégiaux.